Commune mixte de Haute-Sorne

Historique

Le nom du village apparaît pour la 1ère fois en 1160 sous la forme de "Baressicort" dans un acte de donation du moulin de la commune de la part du Comte de Ferrette à l'Eglise de Moutier-Grandval. Il s'agit d'un toponyme d'origine germano-romaine de l'époque mérovingienne désignant le domaine rural d'un germain, nommé peut-être Basso. Quant au hameau de Berlincourt, il fut mentionné pour la 1ère fois en 1303 sous la forme "Burlincourt". Il s'agit d'un toponyme signifiant la ferme de "Berilo", un nom propre germain, diminutif de "Bero" (ours). Les habitants de Bassecourt sont surnommés les "Patas" (outil en bois destiné à écraser la choucroute dans le tonneau). Le surnom des habitants de Berlincourt n'est autre que "Les Fourmis".

Les traces de peuplement de la localité les plus anciennes remontent au Néolithique. Un dépôt monétaire gallo-romain du IVe siècle a été découvert près de Berlincourt. Une nécropole du Haut-Moyen Age, à l'emplacement de la chapelle St-Hubert a livré un riche matériel (armes, bijoux, boucles de ceinture, poteries). Nos ancêtres furent des fondeurs (bronze), des forgerons (fer), des artisans et des paysans. La vocation industrielle du village remonte aux forges (1500 - 1598), à la papeterie (1652 - 1850) à la scierie et parqueterie (1860 - 1940). Les rues du village attestent encore la présence d'artisanats et d'industries aujourd'hui disparus : rue de la Tannerie, du Vieux-Moulin, de la Ribe, des Vieilles Forges, des Cloutiers, de la Tuilerie et de la Papeterie.
 
En 1634, une épidémie de peste se déclara à Bassecourt. Une légende explique que c'est une jeune fille de Berlincourt en service à Strasbourg qui, ayant voulu fuir la peste qui sévissait dans cette ville, l'apporta dans sa commune natale. Ce fléau fit 700 victimes.

Le village, construit en bois, fut détruit en cendres durant la guerre de Trente Ans. On le rebâtit plus beau qu'avant. La Révolution française, 150 ans plus tard, au nom de la liberté, de l'égalité et de la fraternité fit occuper le pays et l'incorpora à la République une et indivisible, puis à l'Empire sous Napoléon. La Guerre ? Partout ! Les jeunes gens, les chevaux, les chariots, les vivres furent réquisitionnés et envoyés au front, en Allemagne ou en Russie. L'un des nôtres en revint manchot : Jean-Baptiste Hoffmeyer (1778-1853), qui fut bientôt promu colonel. Il repose aujourd'hui au cimetière de Bassecourt.

Le 21 juillet 1871, un violent orage provoqua un incendie qui détruisit partiellement le village.
 
Bassecourt possède plusieurs bâtiments inscrits au répertoire des biens culturels d'importance nationale et régionale :

La vieille cure. Elle est la plus vieille habitation des villages de la vallée de Delémont. Il s'agit d'une habitation rurale typique des vallées jurassiennes, dont la construction remonte vraisemblablement à 1594 ou 1635. Lors de sa rénovation en 1980, la porte en arc a été rétablie et la fenêtre à meneaux de la chambre principale reconstruite.

La chapelle St-Hubert, patron des chasseurs. Elle fut érigée sur un cimetière burgonde et fut mentionnée pour la 1ère fois au 15ème siècle. Elle fut reconstruite en 1696/1697 et rénovée en 1954 (extérieur) et 1978 (intérieur). Elle possède 3 magnifiques autels de style baroque ornés de sculptures : le maître autel date de 1713, les autels latéraux de 1697.

La Chapelle de l'Immaculée Conception de Berlincourt. Elle date de 1957. Elle est l'œuvre de l'architecte Jeanne Bueche; les vitraux sont de Maurice Estève.
 
Bassecourt possède d'autres bâtiments dignes d'être mentionnés, tels que l'église paroissiale St-Pierre datant de 1587 et reconstruite en 1828, le moulin construit en 1769 ainsi que le bâtiment faisant partie de l'école primaire qui est caractérisé par son clocheton ainsi que son toit en croupe. Le restaurant de la Couronne date du 19ème siècle. Au carrefour central, se trouve une magnifique fontaine octogonale de style néogothique construite en 1885.

Berlincourt est principalement formé de bâtiments datant du 19ème siècle. Seul un bâtiment date probablement du 18ème siècle. Le pont, au sud du hameau, fut construit en 1865. En 1893, il fut embelli d'un crucifix en fonte que l'on peut encore admirer. Le bâtiment de l'ancienne école datant de la fin du 19ème siècle est modeste mais typique avec son clocheton.