Commune mixte de Haute-Sorne

Prix du développement durable 2013

 

Le Prix jurassien du développement durable 2013, doté de 10'000 CHF, a été décerné à l’association Photovolpotat.

L’association Photovolpotat a été crée en 2012 pour réaliser et gérer le projet de centrale solaire collective sur la ferme de Mont-Dedos (Undervelier). Les idées de bases et le développement de ce projet ont été réalisés dans le cadre d’une démarche participative (conception évolutive et plan d’action communal) menée dans les communes d’Undervelier et Soulce qui font désormais partie de la commune de Haute-Sorne.

Les principaux buts du projet consistent à :

  • mettre en place un système clé en main pour que chaque personne qui le souhaite puisse investir dans le solaire photovoltaïque ;
  • concentrer les panneaux aux meilleurs endroits afin de bénéficier de nombreux avantages autant économiques qu’environnementaux ;
  • créer des occasions d’échanges et d’informations entre citoyens, communes et d’autres partenaires dans le domaine des énergies renouvelables.

La commune de Haute-Sorne est partenaire du projet et se réjouit de cette nomination.

De plus amples informations sur les buts et le fonctionnement de l’association et de la centrale solaire collective peuvent être obtenues en cliquant sur les liens ci-dessous :


 

Association Photovoloptat :

Présentation du projet de centrale solaire collective de Mont-Dedos

Origine du projet

Le projet trouve son origine dans les travaux de Conception Evolutive du Paysage (CEP) réalisés dans les communes de Soulce, puis d’Undervelier. Lorsque le projet de CEP a été élargi à la commune d’Undervelier en 2008, les habitants de ce village ont réfléchi à des projets d’avenir pouvant dynamiser leur communauté et ont montré un fort intérêt à ce qu’un axe concernant les énergies fasse partie intégrante des actions menées dans le cadre de la CEP, en complément de celles déjà établies dans les domaines de la nature et du paysage.

Un groupe d’habitants de la commune d’Undervelier, conduit par le bureau Natura (Les Reussilles), a donc recherché diverses possibilités d’actions et s’est orienté dès 2010 sur la réalisation du projet présenté aujourd’hui.

A relever qu’en 2008, un habitant de Soulce voulait installer des panneaux solaires sur un toit situé dans le périmètre ISOS d’importance nationale du village de Soulce ; le refus de la demande de permis pour cette installation a fait débat à cette époque. Le fait que cette « bonne volonté » en faveur des énergies renouvelables ne puisse se réaliser a incité le groupe de travail à rechercher des solutions pour éviter ce type de conflit entre énergies renouvelables et patrimoine, ce qui a mené à définir les grandes lignes de ce projet.

Depuis janvier 2013, les villages de Soulce et d’Undervelier sont intégrés dans la nouvelle commune de Haute-Sorne.

Idées de bases, buts et fonctionnement du projet

Tout le monde n’est pas propriétaire de son toit et/ou au bénéfice d’un toit bien situé ou capable d’accueillir des panneaux solaires.

  • Il faut mettre en place un système qui permette à toutes les personnes intéressées d’investir dans les énergies renouvelables.

Pour un privé, les démarches nécessaires pour installer des panneaux solaires photovoltaïques sur son toit demande beaucoup de temps, nécessite l’acquisition de nouvelles compétences et comporte des lourdeurs administratives avant, pendant et après la réalisation du projet. Tout cela constitue un frein au développement de l’énergie photovoltaïque.

  • Il faut faciliter l’investissement en créant un système clé en main.

La concentration de panneaux solaires permet de réaliser des économies d’échelle à plusieurs niveaux (nombre d’onduleurs, injection dans le réseau, commande de nombreux panneaux, etc.). La concentration des panneaux permet aussi de choisir l’endroit et le toit qui se prêtera le mieux à une telle installation (injection du courant peu coûteuse / préservation du patrimoine, rayonnement solaire très favorable, etc.). Ainsi,

  • il est plus judicieux, d’un point de vue économique, social et environnemental, d’installer tous les panneaux au même endroit.

Comme moyen choisi pour concrétiser ces idées et buts, une association réunissant des citoyens et les communes a été crée. Grâce à un système de contrats, l’association Photovolpotat[1] règle les relations entre les différents partenaires du projet, comme l’indiquent le schéma et les explications ci-dessous :

 

Quelques explications :

  • Chaque membre investisseur paie 400 CHF par m2 de panneau solaire ; cela permet à l’association de payer l’installation. En échange, l’association leur rembourse l’amortissement de ce prêt sur 20 ans et leur verse en outre un intérêt de 1.5% par année.
  • L’association vend le courant aux services industriels de la ville de Zürich (ewz) qui achètent ce courant via leur bourse solaire. Le courant est racheté à un prix contractuellement défini pendant 20 ans. Grâce à l’argent de la vente du courant qu’elle touche. L’association Photovolpotat reverse à ses membres les montants prêtés ainsi que les intérêts. Les ewz, eux, revende le courant naturemade à leurs clients.
  • Enfin, grâce à la vente du courant, une location pour le toit est versée à l’agriculteur.

Réalisation du projet et état actuel

Les démarches pour trouver un acheteur du courant, pour informer et trouver des investisseurs dans les deux villages concernés, pour choisir le toit le plus favorable, créer la société et établir les contrats de prêts, etc. ont été menées surtout entre 2010 et 2012.

Le courant est repris par la bourse solaire des services industriels zurichois (ewz). Ce partenariat entre les services industriels d’une grande ville et les habitants de petits villages dits « périphériques » nous semble important à relever ; en effet, la création de partenariats ville-campagne est important pour la cohésion d’un pays comme la suisse ; dans le cas présent, le système permet à une grande ville qui a choisi de sortir du nucléaire de s’approvisionner en courant renouvelable, et en échange de la reprise du courant l’association Photovolpotat crée de la richesse socio-économique dans une région rurale.

Suite à la fondation de l’association en novembre 2012, 80'000 CHF de fonds ont pu être réunis. Ils proviennent des 21 membres « privés » pour environ 50'000 CHF et 30'000 CHF ont été investis par les anciennes communes de Soulce et d’Undervelier, qui ont été des partenaires importants pour le projet. Nous avons été positivement surpris de ces résultats obtenus, compte tenu que les petits villages de Soulce et d’Undevervelier ne cumulent que 500 habitants. Nous imputons ces bons résultats au fait que ce projet est issu d’une démarche participative plus large et ancienne. Aujourd’hui, c’est la commune de Haute-Sorne qui est propriétaire de cette part communale importante et une collaboration s’est engagée avec elle pour de futures activités de Photovolpotat.

La récolte de ces fonds a permis d’installer une surface de 200m2 de panneaux solaires sur le toit d’une grange de la ferme de Mont Dedos fin 2012. La location de toits est un facteur de diversification et de durabilité économique des exploitations agricoles qui n’est pas négligeable. L’installation fonctionne depuis janvier 2013 et sa production actuelle correspond aux attentes, soit environ 30'000 kwh/an.

L’inauguration de l’installation a réuni une vingtaine de personnes le 26 août 2013, qui ont pu profiter de découvrir les produits réalisés par les agriculteurs qui louent le toit. Ces échanges entre l’association et le propriétaire du toit font aussi partie du bon fonctionnement et de la proximité que les acteurs du projet défendent.

Principaux intérêts du projet et liens avec le développement durable

Aspects sociaux : démarche participative, échanges d’informations

Pour convaincre les personnes de participer à un tel projet, une bonne communication et compréhension de ce qu’est une centrale solaire est importante. A plusieurs occasions les citoyens intéressés et les futurs membres de l’association Photovolpotat ont été informés du développement du projet. Ce projet a ainsi permis de faire passer des informations importantes pour la compréhension globale des enjeux énergétiques actuels, comme par exemple la question basique de la différence entre solaire thermique et solaire photovoltaïque, ce que représente la production des 200 m2 de panneaux solaires prévus, la différence entre le courant « physique » qui va dans le réseau et le courant « certifié » qui est vendu au loin, etc.

Les gens qui ont prêté de l’argent à l’association se sentent concernés par l’énergie, ils peuvent comparer leur facture avec la production des panneaux solaires qu’ils possèdent, par exemple. Les quantités d’énergie nécessaires à notre mode de vie sont ainsi mieux perçues, car appréhendées de manière concrète.

On relèvera par ailleurs que ce sont des membres de l’association qui ont passé quelques journées, sous la conduite d’un installateur expérimenté, pour réaliser le montage de l’installation ; une expérience enrichissante !

Avant d’être un produit bancaire ou un projet dans les énergies renouvelables, la création de cette association est l’aboutissement de discussions réalisées localement par des citoyens. Cette petite association vise par ailleurs à entretenir – avec d’autres – une dynamique au sein de ces petits villages et dans une entité désormais plus grande qu’est la commune de Haute-Sorne.

Aspect énergétiques & économiques

La réalisation de projets de centrales solaires permet de créer du courant électrique dit « renouvelable ». Ce courant n’est pas exempt – malheureusement – de désavantages (utilisation de matériaux rares, énergie grise) mais il représente déjà une amélioration nette par rapport aux énergies non renouvelables, notamment en ce qui concerne des émissions de gaz à effet de serres beaucoup moins élevées.

Economiquement, l’intérêt des énergies renouvelables réside aussi dans le fait qu’elles sont créatrices de cycles économiques plus court. Pour une région comme l’arc jurassien, elles peuvent représenter un bon potentiel de diversification du tissu industriel.

D’un point de vue énergétique, le potentiel du solaire photovoltaïque figure en bonne position dans tous les documents stratégiques actuels (confédération, canton du Jura) et doit être réalisé pour que les objectifs de transition énergétique soient atteints. La réalisation de ces objectifs ne sera possible que si de nombreux partenaires s’engagent ; le projet Photovolpotat est une des voies possibles pour contribuer à ces objectifs.

Enfin, la mise en service d’installations renouvelables est importante actuellement car chaque installation renforce la nécessité d’adapter les réseaux aux exigences des énergies renouvelables (décentralisation, réseaux intelligents, accumulation, etc.)… autant de défis technologiques qui représentent une chance pour la recherche et les industries de notre région au sens large.

Aspects environnementaux

La question des énergies renouvelables et de leur impact moindre que d’autres sources conventionnelles sur le climat a déjà été évoquée ci-dessus.

D’un point de vue environnemental, le projet de Photovolpotat se distingue avant tout dans cette volonté de trouver une solution pour concentrer les panneaux solaires là ou ils n’auront pas d’impacts sur le patrimoine bâti. Cette question a été au fondement du projet et le fait qu’une réponse ait pu être apportée présente un intérêt de général pour la plupart des énergies renouvelables, car cela montre que des réflexions aux bonnes échelles permettent de réaliser de bons projets. Le financement par des acteurs locaux est aussi une voie nécessaire pour l’acceptation de projets pouvant avoir des impacts sur la qualité de vie. Pour le photovoltaïque en tout cas, il n’y a pas lieu d’autoriser des installations dans des endroits gênants (pour des questions de patrimoine, mais aussi de réseau) du moment que des solutions alternatives existent et peuvent satisfaire toutes les parties.

De manière générale aussi, le fait de créer des possibilités d’investissement intéressantes dans les énergies renouvelables avec des projets de type Photovolpotat est quelque chose qui nous semble particulièrement opportun, non seulement pour atteindre des objectifs énergétiques, mais aussi parce qu’il est bien connu que les placements et les investissements financiers ont un impact sur l’environnement et les conditions de travail. A ce titre, le projet de Photovolpotat peut être vu comme un produit bancaire transparent et il participe à la mise en œuvre d’une économie plus durable.

Conclusion et perspectives

Le tournant énergétique voulu par la Confédération (Stratégie énergétique 2050) et la mise en œuvre de stratégies énergétiques comme celle prévue par le Canton du Jura demandent des moyens de mise en œuvre qui « n’existent » pas encore aujourd’hui. Un projet tel que celui de l’association Photovolpotat s’inscrit pleinement dans ce contexte car il peut contribuer à

  • renforcer les investissements dans les énergies renouvelables ;
  • créer de nouveaux espaces d’articulation ou se rencontrent et s’informent les citoyens, les autorités communales, les gestionnaires de réseaux ;
  • éviter une dispersion de petits projets économiquement moins favorables et pouvant avoir d’éventuelles influences négatives sur le patrimoine bâti et/ou sur une gestion optimale des réseaux électriques.

Nous sommes convaincus que ce projet-type pourra se décliner à l’avenir dans d’autres projets (ce qui est déjà le cas sous des formes proches) et d’autres types de filières énergétiques et leur permettra d’atteindre des objectifs de durabilité forte.

Via l’association Photovolpotat, des échanges d’expérience avec d’autres communes ou d’autres groupes de personnes du Jura et du Jura bernois ayant manifesté leur intérêt à reproduire ce projet ont déjà eu lieu. La commune de Haute-Sorne souhaite que le projet qui a mené à la création de l’association Photovolpotat se poursuive et se renforce si possible. Dans les actions envisagées il y a évidemment la réalisation d’un autre projet qui tiendrait compte de critères encore plus forts de durabilité. Enfin, des activités avec les écoles et la création d’un site ou d’une page internet permettront de renforcer l’aspect communication de ce projet.

[1] Ce mot-valise vient de Photovoltaïque et de Folpotat, petite rivière qui coule de Soulce à Undervelier.

                                                                       Le comité de Photovolpotat

                                                                       Undervelier, novembre 2013

Remerciements :

La réalisation de ce projet constitue un travail de longue haleine et il n’aurait pas été possible sans l’engagement de nombreuses personnes que nous tenons ici à remercier :

  • tous les membres de l’association qui ont permis l’investissement de base ;
  • les propriétaires du toit qui ont fait très bon accueil à ce projet ;
  • les chargés de projet des services industriels zürichois pour leur professionnalisme ;
  • les personnes qui ont défendu ce projet dans les communes d’Undervelier, Soulce et maintenant Haute-Sorne ;
  • les monteurs, installateurs, électriciens, techniciens et al. ;
  • sans oublier de nombreuses personnes qui ont apporté leurs précieux conseils sur des aspects juridiques, économiques ou techniques du projet, notamment E. Queloz, J-R. Ernst, J. Schnider, ….